Vous êtes ici : Accueil > Reportages et rapports > En souvenir... > Pierre Dubois
Publié : 7 juillet 2018

Pierre Dubois

Pierre Dubois 4 juillet 2018

Il y a peu de temps, nous perdions Alain Steelandt, le père de Bruno. Sa disparition m’a fait tout drôle car il avait été le tout premier des planeuristes que j’avais rencontrés, en 1997, lors d’un meeting à Havay. J’étais venu en simple touriste intéressé. Et j’ai rencontré Alain. Il avait un planeur de 3,5m, style F3i, tout blanc. Et il s’est fait remorquer très haut dans un ciel d’un bleu pur. C’était magnifique. Je voulais faire ça. Et c’est sur son conseil que je suis venu m’inscrire au club JDM de Nivelles.

Et là, qui ai-je rencontré ? Pierre Dubois pardi ! Et toute une bande de planeuristes fous, dont Pierre Lecuy, Alain Steelandt, Bruno Steelandt, Dany Gheelynck et Thierry Gras, tous avec des planeurs remorqués énormes. Le plus enragé constructeur, avec lequel j’ai tout appris, c’était, et c’est toujours Pierre Lecuy. Les remorquages en tous temps, même en plein hiver, c’était avec Alain et Bruno Steelandt. Les petites réparations fines, je les faisais avec Dany Gheelynck.

Mais mes premières leçons de pilotage, c’est avec Pierre Dubois que je les ai faites. Je m’étais construit un SPIRIT 100, tout bois, que Pierre Lecuy m’avait aidé à fignoler. Et puis avec les remorquages de Pierre Lecuy ou Dany Gheelinck, Pierre Dubois m’a fait mes leçons de pilotage. Heureusement que je progressais vite et que je faisais du simulateur de vol (Real Flight), car les leçons de Pierre étaient assez particulières. Moi : "Et là Pierre, qu’est ce que je dois faire ?" Pierre : "Tu fais comme tu veux, tu dois revenir vers le terrain". Moi : "Et je vire vers la droite ou vers la gauche ?" Pierre : "Comme du veux, les deux côtés sont bons". Moi : "Oui, mais, je vais à gauche alors ?" Pierre : "Si tu veux, mais vers la droite c’est bon aussi". Tout le contraire de Pierre Lecuy qui lui donnait des ordres précis.

Puis un jour, les deux Pierres m’ont dit que j’étais bon. Je savais tout faire. Décoller en remorquage, prise de terrain en U ou en L, aterro , même par vent de travers. Prendre des pompes, etc... (et faire des réparations, évidemment).

Un jour, il y avait grande affaire au club, une compétition F3i, ce que je n’avais jamais vu. Je suis venu dès le matin pour voir ça. Tout le monde était occupé à monter ses planeurs, les magnifiques F3i artisanaux moulés à Nivelles par Pierre Lecuy ou à Liège par Michel Moren & Jacques Wouters. Pierre Dubois avait amené un deuxième planeur, un Alpina Magic. Il me le montre et me dit "Tu veux faire le concours avec mon 2ème planeur ?" Il l’avait amené exprès pour moi, en secret. Il m’avait pris par surprise. Je ne pouvais pas refuser une offre pareille. Je n’avais JAMAIS piloté un 3,5m, mais Pierre Dubois me faisait confiance. C’était son style, incroyablement amical et généreux. Petit vol d’essai et puis, hop, concours.

Quel plaisir ! Quel stress ! Depuis lors, je n’ai jamais décroché.
Combien d’heures de remorquage ai-je fait avec Pierre Dubois ? et avec Alain Steelandt ? et avec toute cette bonne bande de Nivelles ? Je ne saurais compter.

Merci à tous et MERCI, MERCI PIERRE DUBOIS !
JE N’OUBLIERAI PAS MES PREMIERS PAS EN COMPETITION, GRACE à TOI.

Pierre Rasmont

Pour le reportage complet avec les photos de Pierre Dubois, consultez le fichier PDF

En mémoire de Pierre Dubois
Reportage de Pierre Rasmont au souvenir de Pierre Dubois.